Menu:


AFFICHAGE :

Imprimer cette page - Générer un PDF

Quelles pratiques particulières, spécifiques, lorsque le destinataire, ici l'élève, est sourd et/ou malentendant ?

Texte de Gilles Devanneaux

1 ) «Paradoxal» mais bien réel: L'usage de la parole avec volume et articulation soutenue et usage du LPC (langage Parlé Complété) pour faciliter la lecture labiale des élèves et leur propre appropriation de la prononciation des mots nouveaux. 2 ) L'usage simultané de l'écrit au tableau des mêmes mots pour construire simultanément l'orthographe, l'image et la prononciation du vocabulaire spécifique en général.

3 ) L'usage très fréquent, quasi systématique en géographie, de transparents projetés au tableau (rétroprojecteur) pour: - Observer et lire ensemble des photos, cartes, schémas, dessins, caricatures, petits textes. - Construire ensemble des croquis, compléter des cartes ou schémas, des textes à trous.

4 ) Le cours est écrit au tableau au collège pour faciliter mais aussi obliger la prise de notes. Il est exposé et expliqué au tableau et photocopié pour le lycée.

5 ) Au delà de cet exposé un peu rigide, la réalité de la classe laisse une part importante d'improvisation, de souplesse nécessaire, d'écoute pour répondre à la demande, aux difficultés de chaque élève au cours de la leçon.

 

Dans ce dialogue spontané, la parole, orale, codé (LPC) ou signée (français signé), l'écrit et l'image sont des supports complémentaires au service de la communication entre les élèves et leur professeur.

 

Gilles Devanneaux, professeur d'histoire/géographie