Il est détaillé dans une brochure consultable au sein de l'établissement pour plus d'un millier d'élèves.

Aperçu d'orientations, non exhaustif

Sans le bac

 

Diverses formations des Chambres de Commerce et de l'Industrie, etc.

Avec le bac

Diverses formations des Chambres de Commerce et de l'Industrie, etc.

L'exemple de nos Anciens justifie que les jeunes sourds ou malentendants ainsi que leurs parents aient de l'ambition. Peu de métiers, au fond, leur sont fermés à condition qu'ils y croient, qu'on y croie pour eux, sur fond de réalisme, de travail et d'imagination. D'autant que les nouvelles technologies modifient les conditions de travail à leur avantage. Ainsi, le courrier électronique s'est généralisé dans le monde des entreprises et à tous niveaux... Restent d'autres solutions, pour lesquelles les initiatives sont à encourager.

Marc RENARD, ancien élève, ingénieur en chef à l'OPHLMI, écrivait dans la revue du GEDA (Groupe Etudiants Déficients Auditifs; extraits de Gédéon 1995 et 1999)

"Aucune branche n'est interdite à un sourd. Le vrai problème est de trouver, dans la branche professionnelle qui plaît, le métier précis qui peut être exercé et la meilleure façon de le faire. (...) Interroger les adultes sourds et malentendants. Eux seuls ont l'expérience qui permet d'identifier les problèmes et les solutions possibles."

"La clé du succès est de trouver un équilibre entre ce que l'on aime faire et un débouché professionnel (...) Il faut concilier la passion avec un solide réalisme."

"Certains pensent aussi qu'ils pourront travailler dans le milieu des sourds. (...) Seulement, les métiers que l'on peut exercer dans le monde sourd sont peu nombreux : acteur, éducateur spécialisé, professeur de LSF, conseiller social... (...) Le milieu est numériquement très faible en France (environ 100 000 sourds signeurs) et, donc, le potentiel d'emploi est réduit."

"(...) Si vous êtes trop souvent dépendant des autres, d'un assistant, d'un interprête, vous aurez beaucoup de problèmes et d'échecs... Par exemple : qui paye l'assistant ? Le dit assistant, une fois l'expérience acquise prend la place du sourd... L'associé se décharge des corvées (il en existe dans tous les métiers) sur le sourd... Le partage des bénéfices n'est pas toujours très égalitaire, etc."

Confiance, motivation, travail, autonmie, désir d'ouverture au monde
préparent la véritable intégration
dans un libre choix socio-professionnel.